Phare ‘La Vieille’ sur bois et bois flotté ( 1m22 ) Acrylique.

Sur le rocher de Gorlebella aux sonorités méditerranéennes et qui pourtant signifie « la roche la plus éloignée » en Breton, le phare de la Vieille haut de 34 mètres(dont la construction a duré dix ans) , essuie ,depuis 1887, les nombreuses tempêtes mais toujours éclaire la route des navires dans le passage du raz de Sein si tourmenté.
Peut-être que sa naissance dans mon atelier a suivi aussi l’influence de la Lune sur les marées , et bien que difficile d’accès, je l’ai approché avec mes pinceaux pour tout simplement lui dire Merci ! pour la protection qu’elle a donnée et qu’elle donne toujours.

Phare des ‘Pierres Noires’ sur bois et bois flotté ( 1m09 ) Acrylique.

Finistérien haut de 28 mètres, édifié de 1867 à 1871 sur un rocher au sud de l’archipel de Molène, le phare des Pierres Noires est construit afin d’éclairer et de sécuriser la pointe Saint-Mathieu.
Ce « feu de la mer » est allumé le 1 mai 1872 et lorsqu’en 1992 il est automatisé, son dernier gardien, Jakez Riou , dira en le quittant : « aujourd’hui mon phare a le cœur sec » .
Lui donner vie à ma manière, au mois de mai 2011, sur ce bois flotté, c’est aussi peut-être faire rebattre son cœur.

Phare ‘Ar Men’, finistère, bois flotté ( 1m 20 ) Acrylique.

Ar men ( le Rocher – en Breton – ) sur bois de récup et bois flotté .
Phare mythique de Bretagne ( fin de construction 1881 ) qui se dresse à l’extrémité de la chaussée de sein,
il a été surnommé  » L’ Enfer des Enfers »
et là dans mon atelier, à l’extrémité de ma table de travail : sa construction n’en fût pas un et date de 2011 !