Phare du Four, finistère, sur bois ( 1m14 x 58cm ) Acrylique.

 phare-du-four- peinture-bois-flotté-deco-finistere

Entre la mer d’Iroise et la Manche le chenal du Four méritait un gardien .
C’est en 1862 que fut décidée à 3km au large de la commune d’Argenton, la construction de ce phare-donjon de 128 marches sur une roche granitique haute de 11 mètres , afin qu’il indique le passage dangereux à l’approche des côtes.
Au bout de dix ans de travail, la « première trompette de brume » à vapeur est mise en place et en 1874 le phare à qui l’on a donné le nom du chenal commence à jouer son rôle de lumière du haut de ses 27,10 mètres.
Non gardienné depuis 1993, ses cinq éclats blancs assurent toujours la sécurité des marins et par jour de tempête il voit les vagues claquer et s’élever de plus de 20 mètres.

C’est par temps calme que mon atelier l’a accueilli , que mes pinceaux ont rendu hommage à cette mer et à ces pierres de l’Abert-Idult.

Rejoindre la conversation

12 commentaires

  1. Bonjour ou bonsoir Valérie,
    Bisous du phare du Four,
    nous pensons bien à vous, bisous aussi à Agnés depuis cette
    agréable rencontre au Trez Hir ?
    A bientot, Frédy, Caroline et Lilou.

  2. Coucou Valérie !
    Eh oui les filles ont bien grandi, pour ma part bientôt les 30…
    Si tu montes sur Lille un de ces 4, n’hésite pas, laisse moi un petit mail, on passera un week end sympa…
    J’espère que tu vas bien, les enfants, la vie, tout ça…
    Gros bisous et à bientôt peut-être ?!
    Caroline

  3. c’est vraiment super. C’est carrément de l’art. Je verrais bien cet oeuvre dans mon chalet.
    Encore bravo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *